L’offrande

sculpture bronze 54cm Offrande sculpture bronze 54cm
sculpture bronze 54cm Offrande sculpture bronze 54cm
sculpture bronze 54cm Offrande sculpture bronze 54cm
sculpture bronze 54cm Offrande sculpture bronze 54cm
sculpture bronze 54cm Offrande sculpture bronze 54cm
sculpture bronze 54cm Offrande sculpture bronze 54cm
sculpture bronze 54cm Offrande sculpture bronze 54cm
sculpture bronze 54cm Offrande sculpture bronze 54cm
sculpture bronze 54cm Offrande sculpture bronze 54cm
sculpture bronze 54cm Offrande sculpture bronze 54cm
sculpture bronze 54cm Offrande sculpture bronze 54cm
sculpture bronze 54cm Offrande sculpture bronze 54cm
sculpture bronze 54cm Offrande sculpture bronze 54cm
sculpture bronze 54cm Offrande sculpture bronze 54cm
sculpture bronze 54cm Offrande sculpture bronze 54cm
sculpture bronze 54cm Offrande sculpture bronze 54cm
sculpture bronze 54cm Offrande sculpture bronze 54cm

Je voulais représenter une offrande. Toute civilisation s’appuie avant tout sur le principe du don, puisque nous donnons la vie à nos enfants, nous les nourrissons nous soucions de nos proches: c’est ainsi et seulement ainsi qu’une société peut se constituer et perdurer. Cette pratique de l’offrande est très présente dans toutes les civilisations extra-européennes, mais dans la nôtre elle persiste encore pour certaines fêtes mais elle s’estompe, les valeurs de l’altruisme de la générosité ou de l’hospitalité étant balayées par des dogmes ultra-libéraux très violents qui professent l’appat du gain et le « chacun pour soi ». C’est l’évidence même de notre humanité qui est ainsi niée et cette sculpture aborde ce sujet en se référant à la statuaire égyptienne, c’est à dire aux origines de notre civilisation. Pourtant lorsque j’ai voulu mettre quelque chose dans les mains de cet offrant, je n’y parvenais pas: qu’allait-il offrir? Finalement cet homme présente un oiseau, et l’on ne sait plus dès lors qui offre quoi: est-ce l’oiseau qui offre sa vie, est-ce l’homme qui offre la vie de l’oiseau, sa liberté? Car la question de l’offrande soulève celle de la propriété: que possède-t-on vraiment? Peut-être que nous ne possédons jamais que notre propre corps, peut-être que la notion même de propriété privée devrait être remise en question et remplacée par celle de la responsabilité: l’homme n’est il pas responsable de l’oiseau qui s’est confié à lui, est-ce que finalement ce n’est pas seulement la confiance que l’on peut offrir? 

 

Bronze, Fonderie de Portonville.
Patines, Pascal Lelay.
Photographies, Mustapha Azéroual.
Sculptures VINCENT.
Exposées actuellement Galerie Bréhéret à Paris